Radio Logo
RND
Listen to {param} in the App
Listen to RFI - Musiques du monde in the App
(171,489)
Save favourites
Alarm
Sleep timer
Save favourites
Alarm
Sleep timer
HomePodcastsMusic
RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

Podcast RFI - Musiques du monde
Podcast RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

add

Available Episodes

5 of 24
  • Musiques du monde - #Session Live entre Omar Sosa et Seckou Keïta
    À l’occasion de la sortie de l’albumSuba (Ota Rd),nous recevons le pianiste cubain Omar Sosa et le korafola sénégalais Seckou Keïta. SUBA, le deuxième album du pianiste virtuose cubain, Omar Sosa, et du maître de la kora sénégalaise Seckou Keïta, fait suite au premier disque du duo, Transparent Water (2017), acclamé par la critique. Écrit et enregistré en 2020 pendant le confinement mondial, SUBA ("l’aube" en malinké) est un hymne à l’espoir dans un monde post-pandémique. L’océan Atlantique sépare Cuba du Sénégal, les lieux de naissance respectifs d’Omar Sosa et de Seckou Keïta, une distance amenuisée par leur lien ancestral commun avec l’Afrique. Lorsque les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois en 2012, Seckou aimait Omar pour sa spiritualité musicale, tandis qu’Omar voyait en Seckou une capacité rare à collaborer sans perdre son identité. Deux principes fondamentaux ont guidé la conception de l’album : l’approche less is more ou minimalismo, comme Omar aime l’appeler, et l’importance de la collaboration. Les deux artistes travaillent dans l’écoute et le respect des idées partagées. Pour eux : le seul patron est la musique. Les onze titres qui composent SUBA sont liés par des thèmes communs, tissés tout au long de l’enregistrement. Les chansons parlent d’amitié et de connexion spirituelle, de voyage et de perte, d’espoir et d’optimisme, de danse et de mer… et, bien sûr, d’un nouveau lever de soleil. Omar Sosa & Seckou Keïta viennent de publier le clip Gniri Balma. Line Up complet de l’album Omar Sosa : piano, Seckou Keïta : kora, Gustavo Ovalles : percussions, Jaques Morelenbaum : violoncelle, Dramane Dembélé : flûte, Steve Argüelles : sequencing, effets, percussions. Titres interprétés à RFI en duo - Maam - Korason extrait de l’album Suba Feat. Jaques Morelenbaum - Kharit - Allah Léno voir le clip.     Musiciens - Omar Sosa, piano - Seckou Keïta, kora.   Son : Benoît Letirant, Fabien Mugneret.   Plalylist des invités - Thelonious Monk Evidence (choix Omar Sosa) - Lokua Kanza Tout va bien (choix Seckou Keïta) - John Lennon Imagine (choix Omar Sosa) - Youssou Ndour Yaakar (choix Seckou Keïta).
    12/3/2021
    48:30
  • Musiques du monde - #Session Live de Duo du Bas et de La Mal Coiffée
    #SessionLive1 Nos 1ères invitées s’appellent Duo du Bas. Elles sortent l’album Les Géantes (La Criée Prod)   Le Duo Du Bas, c’est deux voix de femmes. L’une est Bretonne, l’autre vient du Pays basque. Lorsqu’elles se sont rencontrées, Hélène Jaquelot et Elsa Corre ont échangé des fragments de leur vie. Elles se sont transmises l’une à l’autre des chants rencontrés chez elles ou lors de voyages. Ensemble, elles ont continué à picorer et un Tour de Chant est né. Une mosaïque où chaque chanson est un récit, une langue et une invitation au voyage. Puis curieuses d’aller goûter d’autres langues, d’autres sons, elles ont glané chez leurs voisines venant d’ailleurs, en cuisinant avec elles, des chants à se mettre en bouche. Elles ont également exploré l’univers de la cuisine en détournant des ustensiles et des objets de la vie quotidienne pour en faire des percussions et des éléments de narration. C’est ainsi que Casseroles, leur dernier spectacle, est né. En parallèle de leurs propositions artistiques le Duo Du Bas mène de nombreux ateliers de cuisine et de chant mettant sans cesse l’oralité, la rencontre et les histoires de femmes au cœur de leur projet où l’artistique, le culturel et le social ne font qu’un.   Leur nouvel album s’intitule Les Géantes : Chansons pour objets trouvés et personnages non-ordinaires. Cette histoire a des allures de conte, où chaque étape du voyage est une rencontre avec un personnage aussi merveilleux qu’étrange... Sur son chemin, Duo Du Bas a rencontré 7 géantes. Chacune détenant sa lubie, sa particularité, sa beauté et sa réponse à la vie. Chacune leur a offert un monde enchanté où bien souvent le jeu est roi et où l’enfance est reine.   Titres interprétés à RFI (à retrouver sur l’album Les Géantes) - La vieille - Santa Monica - Le Placard.   Musiciennes - Hélène Jaquelot, chant, percussions - Elsa Corre, chant, percussions.   Son : Fabien Mugneret, Benoît Letirant.     Puis place à la 2nde #SessionLive avec La Mal Coiffée pour la sortie de l’album Roge (Label Sirventès)   Rogé, ce 6e disque du quatuor polyphonique languedocien marque une volonté́ d’ancrage dans les écritures poétiques des mouvements d’émancipation culturelle qui résonnent entre l’Occitanie et les colonies de l’empire français. Aux côtés des textes et de la musique de Laurent Cavalié, les musiciennes subliment les textes de Claude Alranq, David Grosclaude, Auguste Foures, Jean Boudou, auteurs engagés dans une pensée de la résistance à l’écrasement des cultures populaires. Leur musique de voix et de percussions continue de tracer son chemin entre les couleurs du chant populaire languedocien, et l’invention d’une polyphonie imaginaire, brute.  Depuis les débuts du groupe, nous nous envisageons comme un morceau de monde, un fragment de culture, un vecteur de langue. Alors que les cultures humaines se nivellent par le pouvoir médiatique et que les sociétés se détissent en solitudes numériques, nous efforçons de fabriquer des bouts d’identité. Nous raconter ? C’est être indociles. Ainsi, on espère rencontrer tous ceux qui ont soif d’histoires particulières, qu’ils soient d’ici ou de là. Inspirées par tous ces paysans qui ont compris qu’il fallait se tenir loin de l’industrie et de la grande distribution s’ils voulaient nourrir correctement le monde, nous tentons de nous tenir loin des modèles culturels dominants. Notre langue ? C’est celle des bêtes et des humbles. Elle est à la fois langue de reconquête poétique d’une pensée autochtone, jouissance et instrument de musique.   Titres Live interprétés par La Mal Coiffée - Flors Terrenalas Live RFI - La Mar de las Galeras (extrait de l’album Roge) - Pim Pam voir le clip.     Musiciennes - Karine Berny : Chant, bombo leguero, pétadou    - Myriam Boisserie : Chant, pétadou, monocorde                              - Marie Coumes : Chant - Laëtitia Dutech : Chant, adufe, bendir, tambourins, tambour, monocorde.
    12/3/2021
    48:30
  • Musiques du monde - #Session Live Natalia M King et Elliott Murphy, 2 Américains à Issy
    Nous recevons l’artiste américaine Natalia M King pour la sortie de son nouvel album Woman Mind Of My Own et Elliott Murphy, le plus Français des Américains, en duo dans cet album sur le titre Pink Houses de John Mellencamp. Ils sont nos invités dans la #SessionLive ainsi que 2 journalistes qui ont accepté de les présenter : Francis Dordor et Laurent Bachet.   Portrait de Natalia M King par Francis Dordor. Née à New York à la fin des années 60, Natalia Maria King a grandi à Brooklyn, au sein d’une famille monoparentale. Sa mère, d’origine dominicaine, travaille comme femme de service dans une cantine scolaire. Dans les années 70 et 80, New York est un formidable creuset et les oreilles de Natalia sont sollicitées par un large éventail de musique : rock, disco, soul, salsa, rap. Mais pour autant, peut-on parler d’influences, s’agissant d’une artiste qui va longtemps s’ingénier à effacer toute appartenance, chercher à rompre avec tout ce qui lui a précédé, pour inventer son propre langage, son propre son, trouver sa propre vérité. Sa vie est ainsi faite de nombreuses ruptures. La première intervient à l’Université de Rochester où elle se consacre à la pensée du philosophe John de Salisbury, un humaniste du Moyen-Âge à qui l’on doit cette citation : "Nous sommes des nains, assis sur des épaules de géants". Si étudier la philo la sort de son milieu d’origine, lui permet d’en savoir un peu plus sur elle-même et sur sa place dans ce monde, elle n’entend pas rester assise longtemps, fut-ce sur les épaules d’un géant. Dans une tradition qui doit autant à Arthur Rimbaud qu’aux auteurs beatniks, elle prend alors la route, traverse les États-Unis d’Est en Ouest, à bord de bus, cumulant en chemin les boulots alimentaires, elle fait la plonge dans les restaurants, livre des pizzas, vidange des moteurs et profite de ses moments perdus pour remplir un carnet de bribes de poésie, prémices de ses chansons. Après avoir trimé à bord d’un chalutier au large de l’Alaska, elle prend la direction de la Californie où elle devient chauffeur de taxi à Long Beach. C’est en Californie qu’elle découvre vraiment la musique, Jimi Hendrix, Janis Joplin, les Doors, ce qui lui fera dire "Je ne crois pas au conflit entre générations". On la retrouve en 1998 à Paris, ville qui avait été un refuge pour de nombreux artistes noirs américains dont Miles Davis et Archie Shepp, qui n’étaient plus tenus de prendre l’entrée de service pour accéder à une salle. À partir de là, elle brûle les étapes, et des couloirs de métro où elle chante s’accompagnant à la guitare pour quelques pièces, se retrouve en 1ère partie de Diana Krall sur la scène de l’Olympia. Son 1er album album Milagro en 2001 est sans équivalent pour l’époque. Ayant conservé l’esprit du rock le plus sauvage, tout en s’affranchissant de la forme, son free rock ne doit rien à personne, sinon à elle-même et à son caractère indomptable. Suivront 2 autres œuvres aussi radicales "Furyandsound" et "Flesh Is Speaking". Trop radicales peut-être. Toujours est-il que lasse de creuser le même sillon alternatif, elle décide de retourner aux États-Unis et enchaîne à nouveau les jobs alimentaires. Il faut croire que seules les véritables étoiles méritent de réapparaître après éclipse, car de retour en France après quelques années, Natalia reviendra à la musique avec Soulblazz et Bluezzin T’il Dawn. Et celle qui ne croit pas au conflit entre générations, se glisse naturellement dans les pas de 2 immenses chanteuses, Nina Simone et Billie Holiday.   Cette nouvelle rupture annonce son dernier recueil Woman Mind Of My Own qui est à la fois un hommage à quelques grands noms du blues et de la soul comme Robert Johnson ou Aretha Franklin, mais aussi une célébration de ce qu’elle est au plus profond d’elle-même, une femme libre qui revendique sa sexualité, une artiste qui a vécu le blues avant de le chanter.   Puis nous recevons Elliott Murphy, portrait signé Laurent Bachet.   Alors question : est-ce Elliott Murphy qui a choisi la France, ou est-ce la France qui a choisi Elliott Murphy ? En tout cas, il habite à Paris depuis 32 ans et personne ne s’en plaint, bien au contraire. La 1ère fois qu’il a joué ici, c’était au Palace en 1979, où il a obtenu 6 rappels. Il s’est dit : "Tiens ici, on m’aime bien". Enfin il se l’est dit en anglais de New York, car à l’époque, il ne parlait pas encore parfaitement le français. Bien sûr, il est déjà apprécié des grandes plumes de la presse spécialisée et d’une cohorte de fans dévoués qui, depuis la parution de son 1er album en 73, adore l’univers poétique et urbain de ce rockeur cultivé, dandy passionné et élégant. Aux États-Unis, Elliott Murphy est donc un artiste culte qui lui-même admire Elvis Presley, les Rolling Stones, Bob Dylan, Muddy Waters, Otis Redding et son ami Lou Reed. Avec cette culture et ce savoir-faire, même si vous êtes un excellent showman, il n’est pas toujours évident de s’imposer, surtout si on vous compare à d’autres artistes qui émergent au même moment que vous comme David Bowie ou Bruce Springsteen, un autre de ses amis, car oui Elliott a beaucoup d’amis.   Alors il tente le voyage, l’aventure, l’exil peut-être. L’été 89, il atterrit à Paris avec sa guitare, son harmonica et s’installe à la Bastille. Ce jour-là, les jets de la Patrouille de France paradent dans le ciel, laissant de grandes traînées multicolores, sans compter les 2 immenses défilés sur les Champs-Elysées. Dans les rues on chante, on danse, on fait la fête. Très naturellement, Elliott Murphy prend tout cela comme des signes de bienvenue à son égard. Or, nous étions le 14 juillet 1989 et la France célébrait en grande pompe le bicentenaire de la Révolution Française. Immédiatement adopté par la population locale, Eliott Murphy a trouvé ici son refuge et depuis il rayonne dans toute l’Europe avec une moyenne d’une centaine de concerts par an. Il sait écrire des chansons qui deviennent des classiques, il sait se tenir sur une scène, et il sait s’entourer de musiciens fidèles et talentueux comme Melissa Cox et Olivier Durand ici présents. En revanche, Elliott Murphy ne sait pas donner de mauvais concerts. Entre folk, blues et rock, il propose des voyages intenses qui ne ressemblent à aucun autre. Et comme ce troubadour est plutôt du genre hyperactif, entre 2 concerts et 2 albums, il écrit des articles, des beaux romans et il lui arrive même de faire l’acteur dans des films. Car Elliott Murphy a aussi un sacré look : couvre-chef stylé en toute saison, foulard de corsaire, boots pointus façon Beatles, le tout mettant en valeur une silhouette ô combien affûtée.   Car depuis qu’il habite près des théâtres à l’italienne sur les grands boulevards à Paris, il a aussi acquis un truc un peu particulier et assez français : le panache ! La classe américaine, il l’avait déjà.   Morceaux interprétés à RFI lors de la #SessionLive - Woman Mind Of My Own (Natalia M King) - A Touch Of Kindness (Elliott Murphy) - Forget Yourself (Natalia M King) - On Elvis Presley's Birthday (Elliott Murphy) Et le duo sur Pink Houses (Natalia & Elliott) de John Mellencamp.     Musiciens - Elliott Murphy, guitare, voix - Olivier Durand, guitare, choeur - Melissa Cox, violon. - Natalia M King, voix, guitare - Ludovic Bruni, guitare.   Son : Mathias Taylor et Benoît Letirant Réalisation : Steven Helsly.
    11/27/2021
    48:30
  • Musiques du monde - Du jazz créole à la chanson electronica: Cynthia Abraham et Ottilie [B]
    Notre 1ère invitée Cynthia Abraham se livre à l’exercice de la #SessionLive pour la sortie de son 2ème album Unisson (Abraham Trio). Bercée de musique depuis sa naissance, Cynthia a étudié le piano et la flûte traversière. Très jeune, sa passion pour le chant et les arts de la scène l’ont emportée vers le jazz. Après une solide formation académique, elle parachève son apprentissage par un Diplôme d’Études Musicales, et obtient le diplôme du Centre des Musiques Didier Lockwood en cursus professionnel. Parallèlement, Cynthia se forge une expérience scénique aussi riche que variée au CREA (Centre d’Éveil Artistique) : comédie musicale, opéra, chanson française, jazz, sous la direction de Didier Grojsman. ​Au fil des années, Cynthia commence à composer et s’investit dans différents groupes. Elle élargit son répertoire vers la soul, le gospel, la chanson puis s'intéresse aux musiques latines, brésiliennes, caribéennes... De fructueuses rencontres lui permettent de jongler avec ces différents styles et d'expérimenter toujours de nouvelles formations, de nouvelles scènes.  Ses influences vont des grands noms du jazz (Bobby Mc Ferrin, Dianne Reeves, Gretchen Parlato) aux ténors de la funk comme Stevie Wonder, en passant par des groupes vocaux incontournables (Manhattan Transfer, Take 6). Les voix soul de Jill Scott, Eryka Badu et D’Angelo lui ont montré le chemin. Plus récemment ses racines paternelles viennent nourrir ses compositions avec des artistes comme Kassav, Jean-Michel Rotin, Jean-Claude Nemro.   ​En 2015, Cynthia sort son premier album Petites voix avec ses compositions, en Quintet. Suite à cela, elle crée son projet solo, "Seule en Scène" et poursuit sa résidence "Carte blanche" au Baiser salé pour la 5ème année consécutive. Parallèlement, cette jeune chanteuse musicienne acquiert une grande expérience au côté d'artistes très différents tels que "Gospel pour 100 voix", Emmanuel Djob, le "Moov Live Show" à Radio France, Doc Gyneco, ou encore Matt Pokora. Elle collabore avec des artistes qu'elle affectionne particulièrement ; Pierre de Bethmann, Munir Hossn, Arnaud Dolmen, elle est choriste pour Chantae Cann, enregistre le disque de Karl Jannuska, Mario Canonge, et intègre le groupe du contrebassiste Christophe Wallemme en 2017.   En 2018, elle remporte le 1er prix de l'Unisa International Jazz Voice Competition en Afrique du Sud. Un voyage qui marquera son parcours d'artiste.  Aujourd’hui, guidée par l’idée que la voix est un instrument à part entière, la jeune chanteuse à peine trentenaire cherche à mettre sa voix au service de la musique d'autres artistes, vivre l'expérience nourrissante de la "sidewoman". Elle mène également de front ces projets personnels, à commencer par son projet "Seule en Scène", mais aussi son groupe familial Abraham Réunion. Ils sortent leur 1er album du même nom en 2020, avec sa fratrie de musiciens. Elle est également la soprano du groupe vocal SELKIES qui sort son premier EP La koulèr la paix en 2017 et son 1er album Incantation en 2020. Au printemps 2021, elle sort deux singles Laisser aller et Regarder danser issus de son prochain album Solo UNISSON qui voit le jour le 15 octobre 2021.     Morceaux interprétés à RFI par Cyntia Abraham en solo (percussions, voix) : - En Rond Live RFI - Misyé Mendé Feat. Sonny Troupé (extrait de l’album Unisson) - Regarder Danser voir le clip    Son : Mathias Taylor et Benoît Letirant.   Puis nous recevons Ottilie [B] pour la sortie de <3 (Du vivant dans nos cordes).     Ottilie [B] initie, produit et participe à différents projets alliant le chant, l’écriture, la composition, la Musique Assistée par Ordinateur (MAO), le théâtre, la danse et la performance. Sa recherche musicale, artistique et pédagogique se situe dans l’expérience, la présence, la curiosité et le plaisir du partage, dans un lien resserré au spectateur. Elle s’interroge dans ses créations sur le moyen d’actualiser les traditions orales et d’incarner les formes et les sons numériques pour (re)mettre les outils technologiques au service de l’humain, de la pluralité musicale, du poétique, de l’intime. L’échange et la collaboration sont moteurs de sa démarche et la poussent à voyager et s’inspirer des rencontres humaines, artistiques et géographiques. Sa filiation prend sa source sur trois continents : Europe, Asie, Afrique. En 2012, elle intègre la coopérative IN/EX à Marseille et devient directrice artistique de son projet chanson-electro-vocal : Ottilie [B]. Son premier opus chanson-électro Histoires d’O2 (Label : Internexterne – Du Vivant dans nos cordes / Distribution : L’autre Distribution) est élu Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros. Il sera suivi d’un live réalise par Nicolas Repac, Ottilie[B] fait alors grandir son projet et continue à rêver la chanson, en version 2.0. Sa deuxième création :Passage: a été retenue dans le cadre des Talents ADAMI (Festival Off Avignon 2017). L’album a aussi été élu Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros. Elle a reçu le 1er prix professionnel et le 1er prix public du concours "Jeunes Talents 2018" – Festival Jacques Brel de Vesoul. Avec ce live, elle a parcouru les scènes avec plus de 80 dates de concert en solo et en trio. En 2020, Ottilie [B] crée Coeur <3, impulsé par ses questionnements sur l’origine et la fonction de la musique, le langage et le lien entre les chants premiers et les techniques de traitement du son actuelles. Elle enregistre son troisième album Coeur <3 (Label: Du Vivant! / Distribution : L’autre Distribution). Initialement prévue en avril 2021, la sortie du disque est décalée au 20 août 2021. Depuis plusieurs années, Ottilie [B] développe des ateliers de médiation en direction de publics "empêchés" (milieu pénitentiaire, ehpad, hôpitaux, foyers d’accueil, maisons d’enfant à caractère social…) et intervient pour accompagner des créations (scolaire, pratiques amateur, présence en scène). Donner à son geste artistique une dimension sociale devient pour elle un engagement réel et une contribution nécessaire à sa pratique, à un son art (… de vivre). Femme artiste et productrice, elle fonde Du Vivant Dans Nos Cordes, compagnie / structure de production dédiée au spectacle vivant et à l’action artistique dans le territoire des Hautes-Alpes, où elle vit depuis 15 ans.   Titres joués extraits de l’album <3 - Définitif feat. Oriane Lacaille voir le clip - <3 voir le clip  - Chemin du Silence.
    11/27/2021
    48:30
  • Musiques du monde - #Session Live de Brieg Guerveno pour la sortie de l’album "Vel Ma Vin"
    À l’occasion de la sortie de Vel Ma Vin, nous recevons Brieg Guerveno. Métamorphose. Il aura fallu quatre albums à Brieg Guerveno pour se libérer de la fureur rock de son passé. Quatre disques nécessaires en forme de chrysalide pour enfin lui permettre de se révéler totalement. Avec Vel Ma Vin, Brieg offre un nouveau visage plus folk que jamais, plus dépouillé et surtout plus profond.  Les ballades sombres aux subtils arrangements de cordes forment un ensemble attachant digne des tortueux chemins introspectifs d’un Ulver apaisé, d’un Sigur Ros crépusculaire, ramenant à la vie les harmonies vocales des premiers albums 90’s d’Anathema. Chanté entièrement en breton (comme chacun de ses disques), Vel Ma Vin promet des concerts intimistes entre chien et loup, touchant du doigt la lumière qui pointe au travers des compositions brumeuses de cet album moderne empli d’une sensibilité touchante. Sortie chez Yotanka.   Pour ce nouvel LP de 8 titres, Brieg Guerveno a choisi un format court dans la tradition des disques folk qu’il affectionne. Souhaitant réduire au minimum les arrangements, il a limité ses compositions à l’emploi de guitares, d’un violoncelle, d’un piano et de claviers (orgue, mellotron). Ce nouvel album est nourri de ses influences folk et des musiques ambiantes. C’est une musique onirique, un rêve éveillé quelque part entre le pays de Brocéliande où il vit et les nuits polaires de Tromsø. Il a confié la production du disque à son ami musicien Joachim Blanchet qui l’accompagne en groupe depuis 2012. L’album a été enregistré et mixé au Ty an Park à Trebrivan avec Bahia el Bacha au violoncelle, et Stéphane Kerihuel à la guitare électrique qui ont collaboré aux arrangements. Voir le clip Ar Spilhenn      Titres interprétés par Brieg Guerveno - Petra Zo Bet ? (Que s’est-il passé ?) Live RFI - Tramavo (tant qu’il y aura) extrait de l’album Vel ma Vin  - Em Digenvez (dans mon isolement) Live RFI   Playlist Brieg Guerveno - Glen Hansard Fool’s Game voir le clip  - Petter Carlsen Pull The Brakes voir le clip  - Ben Howard Oats In The Water voir le clip  - Anohni I Don’t Love You Anymore voir le clip.   Brieg Guerveno aux Transmusicales de Rennes en 2020.
    11/20/2021
    48:30

About RFI - Musiques du monde

Station website

Listen to RFI - Musiques du monde, RFI - Idées and Many Other Stations from Around the World with the radio.net App

RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

Download now for free and listen to radio & podcasts easily.

Google Play StoreApp Store

RFI - Musiques du monde: Podcasts in Family

RFI - Musiques du monde: Stations in Family

Information

Due to restrictions of your browser, it is not possible to directly play this station on our website.

You can however play the station here in our radio.net Popup-Player.

Radio